Double je je réponds a l’espace Espace Provisoire…


 

Face à vous, deux êtres

Un que l’on voit

L’autre qui, de lui, ne laisse rien paraître

Malgré tout, ils sont en moi

Ombre ou lumière

Une seule personne se cache derrière

Ange en apparence

Comme une évidence !

Impossible à définir

Pour aimer il faut être libre, pour être libre il ne faut pas avoir peur


Ré qui aime la vie

 

Pierre Wattebled


 
Ecrivain de l’infini, assoiffé d’Absolu .
De chair et de sang, il parle de la vie, décrit les sentiments humains qui révèlent les âmes .
Il s’arrête parfois dans les Cathédrales, juste pour Entendre les harmonies du Silence .
C’est là que naissent ses poèmes .
L’ai-je trouvé ? Mon Père Céleste l’a mis sur ma route ! MERCI !
 
 

AU CHŒUR DES CATHEDRALES

VIBRE L’AME DU MONDE

 

Au chœur des cathédrales vibre l’âme du monde.

Elle chante la plénitude, avec une voix de femme,

Jusqu’au ciel des voûtes que la ferveur inonde :

Elle est cette harmonie que rien, jamais, n’entame…

 

A genoux, sur la dalle qu’exalte le silence

Vient l’émotion s’ouvrir aux blessures des vitraux;

Envahir de lumière l’ultime révérence

D’une vie harassée, par trop de soubresauts.

 

Aux piliers qui soutiennent l’oraison irréelle

Et l’ardeur de suppliques la portant au pinacle,

La Grâce se répand dans un désir cruel

Où le divin présent ouvre ses tabernacles.

 

On la dit impudique déjouant la torpeur,

Ondulant ses caresses sur de longs trémolos,

S’accrochant au vide du vide comme au bonheur ;

Dans un cri de souffrance sans la substance des mots.

 

Au chœur des cathédrales, vibre l’âme du monde,

Qui chante la plénitude avec une voix de femme.

 

Et je tiens sa prière dans le creux de mes mains !

 

Pierre WATTEBLED – 29 mars 2007